102 jours d'hospitalisation. 2,540 kg, 45,5cm pour les mesnsurations d'Amaya à sa sortie.

Nous la sentions approcher, elle a été repoussée 2 fois, mais la sortie à bien eu lieu, jeudi matin. Pas grand chose à raconter sur les derniers jours à l'hôpital, à part que ça devenait franchement usant. Mais une superbe victoire encore pour Amaya qui arrive désormais à prendre le sein de maman. Quand on sait que la date approche, on devient de plus en plus impatient malgré toutes les questions que l'on se pose : Amaya est-elle vraiment prête? Sommes nous vraiments prêts? Mais l'ensemble du personnel hospitalier est encore là pour nous rassurer. Bien sûr que toutes les conditions sont réunies! vous êtes hyper à l'aise et Amaya réunie toutes les conditions pour démarer la vie chez elle.

Donc jeudi matin on prend toutes les dernières recommandations : infirmière, pédiatre, psychomot, coordinatrice HAD... défilé dans la chambre. Des anciennes infirmières d'Amaya sont même montées de réa pour dire au revoir. Premières émotions, on la met dans le cosy et c'est parti! Franchir les portes de l'hôpital une dernière fois!!! Avec notre fille! Je ne sais combien de fois on a pleuré en une journée. Et tout ces derniers mois qui ne deviennent qu'un mauvais souvenir. Mais qui resterons une blessure mal cicatrisée pendant des années. Arrivée à l'appartement, visite des lieux, du jardin, présentation avec le chat (qui a d'ailleurs un comportement étrange, il ne se sent plus maître des lieux on dirait...).

Donc quand j'écris ces lignes ça fait déjà 3 nuits. Comme tous les jeunes parents on a peu dormi. Je reprends le boulot demain après 2 mois de "vacances", ça va être dur. Mais sinon on s'en sort bien. L'infirmière passe tous les jours. Elle fait un suivi de l'état d'Amaya (taille, poids, prise des médicaments...) et nous conseille, répond à nos questions pour qu'Amaya se sente au mieux. Elle a souvent mal au ventre, a du mal à s'endormir et donc pleure un peu. Mais pas tant que ça au vu de ce qu'elle vit. Nous avons tenté la première nuit de la faire dormir en berceau dans notre chambre. Vu qu'elle ne dort pas plus d'une heure d'affilée on a vite compris notre erreur, du coup on préfère la mettre dans sa chambre ou sur nous (elle s'endort vite en position câlin) dans le canapé. Du coup l'un de nous peut dormir et on se relaie toutes les quelques heures.

On a aussi fait notre premier tour en poussette dans le quartier et reçu quelques visites. Mais pas trop. Nous essayons de ne pas la surstimuler, de ne pas risquer quoi que ce soit avec trop de contacts. La liste est longue d'amis qui veulent la rencontrer, mais nous limitons au maximum les visites. Pour elle comme pour nous. C'est difficile mais nous avons besoin de repos et de calme. Amaya est un bébé fragile. Nous sortons d'une aventure qui nous a usés, moralement et physiquement. Une autre commence maintenant. Les prémas sont dotés d'une volonté extraordonaire et nous devons nous en inspirer pour accompagner au mieux son début de vie. Nous avons déjà un vaste programme de rendez-vous médicaux car Amaya sera suivie par le réseau d'aide et d'étude sur le développement des enfants prématurés.

Voilà. C'est certainement le dernier article de ce blog avant un moment. Au cas où il y en aurait un autre dans un certain temps, vous pouvez entrer votre mail dans la newsletter (canalblog assure que vous ne recevrez aucun spam, uniquement un mail d'avertissement en cas de nouveau post de ma part).

Amaya et ses parents vous embrassent fort.